La route illuminée
"L'esprit est la réalisation créatrice de chaque instant, l'intégration du commencement et de la fin en une synthèse
dont la naissance et la signification se renouvellent à chaque instant" (Dane Rudhyar)
 
 
"Apprenez vos théories aussi bien que vous le pouvez puis mettez les de côté quand vous entrez en contact avec le vivant miracle de l'âme humaine." C.G Jung

   Accueil      Le Rudhyar essentiel - 2 -



Le Rudhyar Essentiel - Extrait 2

Formulations conceptuelles


En tant que philosophe, Rudhyar a voulu formuler, de façon aussi inclusive que possible, un "nouveau" système de référence pour comprendre ce que signifie le fait d'être humain, en particulier à une époque de crise et de transformation potentielle, comme celle que nous traversons, et non pas établir un dogme ou une "école" de philosophie en soi. Il a essayé de formuler une suite logique d'images évocatrices qui permettent aux individus qui sont prêts de franchir le pas suivant dans leur évolution, en tant qu'individus, en tant que membres de la culture euro-américaine et en tant que participants à l'actualisation du potentiel humain sur la planète Terre. Et de le faire en relation avec la voie dans laquelle s'est développée la conscience humaine pendant les deux millénaires de la civilisation occidentale.

Son oeuvre est dans la lignée des précédents établis par les fondateurs des six grandes Ecoles (darshanas) de philosopie indienne et d'autres systèmes asiatiques qui ont des implications et des applications comportementales, psychologiques et mentales : chaque système s'adressait au niveau de conscience et aux besoins bio-psychiques d'une race, d'un type et d'une classe particulière d'êtres humains et représentait, pour ceux-ci, une voie pratique pour atteindre la prochaine condition évolutive possible. Chaque système et ses applications pratiques étaient offerts aux personnes prêtes et désireuses de transcender les limitations de la culture qui avait modelé leur "mentat" et leurs schémas de comportement.


1. L'expérience du changement

Pour Rudhyar, l'expérience du changement est la plus fondamentale de toutes les expériences humaines. Sa philosophie et sa psychologie étudient la façon dont l'expérience du changement engendre la prise de conscience de changements répétitifs, le sens du temps et l'entitétisation de changements répétés dans des personnes ou des objets. L'expérience de changements répétitifs fait prendre conscience du fait que le temps est cyclique, c'est-à-dire qu'il oeuvre sous forme d'unités quiintègrent une multiplicité d'activités et d'évènements, l'expérience de relations répétées avec les sources de changements amène à réaliser l'existence de "touts" lui-même. L'espace est la généralisation et l'abstraction de la relation.

2. "Touts" dans le temps : cycles

L'existence implique activité et changement ; les cycles sont des séries de changements ordonnés. Un cycle est un tout dans le temps qui a un commencement, un milieu (culmination) et une une fin, plus ou moins bien définis.  Il  commence à l'état de "semence",  avec la libération de potentialités qui seront, au moins dans une certaine mesure, actualisées pendant les quarts "printemps" et "été" du cycle. La culmination du cycle, sa "floraison" symbolique, révèle la "moisson" d'accomplissements positifs, ou l'échec dans l'actualisation de certaines pootentialités, ainsi que les sous-produits et les pertes dans le cours de son développement. Pendant les phases "automnale" et "hivernale" se forment de nouvelles "semences" d'où procèdera le nouveau cycle au "printemps" suivant, tandis que les "feuilles" (inévitable sous-produit) se décomposent pour fournir la matière première brute du nouveau cycle. Le cycle suivant (qu'il soit cosmique ou personnel) vient en réponse au besoin qu'a cette matière brute de se voir accorder une seconde chance d'incorporation harmonieuse.

Alors que les cycles successifs procèdent du même modèle caractéristique de tous les cycles, quelle que soit leur portée ou leur niveau, les contenus de deux cycles ne sont jamais exactement les mêmes. Cela parce que l'inter-relation de tous les facteurs en oeuvre à l'intérieur d'un cycle introduit un élément d'imprévisible ou d'indéterminé. Donc pour Rudhyar, il ne peut y avoir d'éternel retour nitzschéen ; les cycles se suivent et s'échafaudent l'un sur l'autre selon une voie sipralée. De plus, pour lui, "le concept du cycle est, au moins potentiellement, le plus inclusif de tous les symboles parce qu'il constitue un système de référence pour tous les symboles (et expériences) ; il nous permet de situer et de donner un sens structurel à n'importe quel et à tous les symboles (et expériences). Il répond peut-être au besoin le plus profond du "mentat" humain : le besoin d'harmoniser, au sein d'un schéma intelligible d'ordre et d'oganisation, des idées et croyances, des modes de sentiment et de comportement qui, même s'ils sont radicalement différents, doivent être dotés d'une valeur objective et historico-géographique". (cf "Planétarisation de la Conscience" - page 238)

3. "Touts" dans l'espace : entités

Alors que les cycles structurent les processus d'existence dans le temps, l'existence se manifeste spécialement dans des "touts" : champs limités d'activités fonctionnelles en inter-relation. Les "touts" sont "cyclocosmes" : ils ont des limites dans le temps (le cycle d'une vie) et dans l'espace (cosmos - champ des forces vitales).

Pour intégrer la multiplicité d'éléments et de fonctions de tous les "touts" existentiels, il y a un principe d'unité, UN ou SOI (Rudhyar utilise habituellement ces mots en majuscule). Dans "Planétarisation de la Conscience", il l'appelle le Principe de la Totalité (Wholeness) et le lie au principe hindou atman : en lui-même, UN n'est rien et ne fait rien ; mais, sans lui, rien (aucun tout) ne pourrait exister.

4. Totalité

Pour Rudhyar, la Totalité est l'idée ultime que nous pouvons avoir du sens d'être ... La Totalité est l'état d'être de tous les "Touts". Etre, c'est être un "tout" qui développe ses potentialités inhérentes au long de cycles de changement (temps) et dans une inter-relation incessante à d'autres "touts" (espace). Tous les "touts" sont et doivent, par définition, être finis. Mais la Totalité n'est pas finie parce qu'elle s'applique à tous les "touts" et n'est limitée par aucun "tout" ou condition d'être particulière. Cependant, la Totalité n'est pas non plus infinie parce que le concept d'infinité (auquel les êtres humains attachent habituellement une puissante charge émotionnelle) n'est que l'un des pôles d'un dualisme intellectuel dont l'autre pôle est la finitude. Tous les "touts" sont finis, mais la Totalité est indéfinissable. Le plus que l'on puisse en dire, c'est qu'elle est "transfinie", au sens où elle ne peut "être" que par l'intermédiaire de "touts" opérant à n'importe quel niveau de totalité. L'univers est une hiérarchie de "touts", une hiérarchie de niveaux de totalité.

5. Holarchie et dharma

Rudhyar a forgé le terme holarchie pour représenter cette hiérarchie de "touts" à l'intérieur de "touts" eux-mêmes à l'intérieur d'autres "touts" ... de cycles à l'intérieur de cycles eux-mêmes à l'intérieur d'autres cycles. C'est une hiérarchie de contenance et non pas de commandement (comme dans les hiérarchies gouvernementales, corporatives ou militaires). Les "touts" (ou cycles) moindres, c'est à dire moins inclusifs, opèrent au sein de "touts" (cycles) plus grands, et les plus grands "touts" (cycles) régulent les activités et rythmes des "touts" (cycles) moindres dont chacun en remplissant une fonction au sein de plus grand "tout" (cycle) dont il est une partie différenciée (mais aussi un "tout"), actualise un aspect du plus grand "tout" (cycle). Cette actualisation constitue le dharma (la destinée ou vérité d'être) du "tout" moindre.

Il y a donc deux types de relations au sein de l'univers "holarchique" :

1. les relations verticales entre les "touts" moindres et les plus grands "touts" dont ils font partie, la totalité du plus grand "tout" (son activité et sa conscience) incluant la totalité (activité et conscience) du "tout" moindre.
 
2. les relations horizontales entre "touts" opérant au même niveau.