La route illuminée
"L'esprit est la réalisation créatrice de chaque instant, l'intégration du commencement et de la fin en une synthèse
dont la naissance et la signification se renouvellent à chaque instant" (Dane Rudhyar)
 
 
"Apprenez vos théories aussi bien que vous le pouvez puis mettez les de côté quand vous entrez en contact avec le vivant miracle de l'âme humaine." C.G Jung

   Accueil      Le Rudhyar essentiel - 6 -
Ayant fermé son site consacré à Dane Rudhyar et sa philosophie, Adèle m'a confié la sauvegarde de son travail que vous retrouvez donc ici. Bonne lecture .....


Le Rudhyar Essentiel - Extrait 6

13. Constitution et cycle complet de l'être humain

L'interprétation cosmique et évolutive du cycle de l'être (le mouvement de la Totalité), présenté dans les paragraphes 11 et 12, n'exclut pas son application au cycle d'être d'un être humain particulier, pendant et après son existence dans un corps. Il a aussi un rapport défini avec le cycle de 24 heures de l'existence personnelle, pendant la veille et le sommeil. Chaque nuit dans le sommeil profond et sans rêve, le dormeur atteint une condition "Dieu-Essence" relative ; mais, pendant le cycle diurne de l'existence personnelle, le principe de Multiplicité et la puissance de l'existence objective, sous forme d'organisme biologique, sont si forts que le dormeur n'a, au réveil, aucun souvenir du moment de subjectivité maximum qu'il a atteint en conscience, alors que son corps récupérait son potentiel d'activité organique. De la même façon, un être humain ne se "souvient" pas de l'état Dieu-Essence relatif du sous-cycle légèrement plus grand contenu dans le cycle d'être qui a eu pour résultat la naissance dans un corps physique qu'il a appris à identifier comme le "sien".

Avant l'accomplissement du "mariage divin" entre une Qualité spirituelle pleinement différenciée et focalisée et un être humain individualisé pleinement adéquat, la Qualité spirituelle cherche à établir une relation de personne à personne avec une série de personnalités humaines dont chacune naît, parvient à maturité et meurt sans avoir accompli l'union totale avec la Qualité spirituelle. La naissance d'une personne particulière représente le Lever symbolique de Soleil de cette tentative cyclique ; la mort du corps physique se rapporte à son Coucher symbolique. Ce qui se produit pendant l'hémicycle de Nuit consécutif dépend du degré de différenciation de la Qualité spirituelle, du degré de proximité dans la relation avec elle que la personnalité a pu accepter pendant la vie, et du développement des différents niveaux d'activité et de conscience qui constituent l'être humain total.

Pour Rudhyar, l'être humain est archétypique, trifolié et constitué par :

1.un corps physique objectif et supraphysique (subtil ou "éthérique")
2.une entité spirituelle subjective (les potentialités immanentes ou latentes définies par la Qualité spirituelle)
3.un réseau psycho-mental hautement complexe de fonctions qui fournit le lien et le réceptacle pour l'intégration (potentielle) éventuelle du spirituel et du matériel.

Chacun de ces trois composants peut être considéré comme trifolié, puisque les deux autres niveaux se "reflètent" en lui.

La mort signifie la dissociation (au moins relative) et la séparation de ces trois principes de base, chacun d'eux poursuivant son propre chemin après la mort. Les éléments du corps physique retournent au domaine planétaire de la matière et de l'énergie vitale dont ils s'étaient différenciés. Les éléments du réseau psycho-mental qui ont été dominés par le psychisme collectif "retournent" aussi (même si le terme est inadéquat, et qu'il convient surtout de ne pas le prendre au sens littéral) au domaine psychique collectif d'où ils ont été tirés. Ils constituent la partie que les "médiums" contactent habituellement de la personnalité après la mort. Ils meurent dans le domaine du psychisme collectif de la culture pendant un certain temps après la mort, cette durée dépendant de leur degré d'intégration pendant la vie de la personne. Comme le principe d'Unité croît et domine le principe de Multiplicité après le Coucher symbolique du Soleil (la mort physique), ces restes psychiques sont "expérimentés" sous forme de souvenirs subjectifs. Quand le cycle approche de son Minuit symbolique, ils s'évanouissent progressivement, tout comme les feuilles se décomposent pendant l'hiver. Si la personne a réalisé, pendant sa vie, un certain degré d'individualisation et peut-être même établi un certain accord conscient avec la Qualité spirituelle, la "moisson" (positive ou négative) des expériences individuelles de la vie est absorbée par la Qualité spirituelle. Des moissons successives engendrent autour de la Qualité spirituelle ce que Rudhyar appelle un "Champ d'Âme" (en anglais : a Soul Field). Les moissons et souvenirs subjectifs qu'il contient deviennent le Karma de la personnalité suivante qui lui sera associé.

Quand le sous-cycle d'être que constitue une personne individualisée, atteint sa phase de plus grande subjectivité son propre état Dieu-Essence relatif, l'entité spirituelle qui cherchait à entrer en relation - au moins partielle - avec la personne vivante, est mue par la compassion et contrainte (ou poussée ?) par le Karma à contacter un nouvel être humain et à formuler la structure archétypique d'un nouveau dharma. Du point de vue de la Qualité spirituelle, la tâche du nouvel être humain consiste à accomplir ce dharma, ce qui le conduira à une relation plus étroite avec le "Champ  d'Âme"  qu'avait  réalisé  la  précédente  personnalité. L'accomplissement du dharma de la nouvelle personnalité implique la neutralisation et la "rédemption" des échecs et l'achèvement des affaires pendantes de la (des) ancienne (s) personnalité (s). Mais le nouvel être humain n'est pas l'ancien qui a réapparu. C'est n'importe quel être humain qui est prêt à naître, parce que ses caractéristiques ancestrales, biologiques et les circonstances de sa naissance pourraient être la base nécessaire pour l'accomplissement du nouveau dharma. Les caractéristiques biologiques sont aussi  conditionnées par le "Champ d'Âme",  car chacun des trois constituants de base de l'être humain : le physique, le psychomental et le spirituel, est reflété dans chacun des deux autres.

Comme le nouveau dharma est déterminé par le Karma d'une personne qui a été vivante, il s'établit une relation de cause-à-effet entre le décédé et le nouveau-né. Mais il est inexact de dire que le premier se "réincarne" dans le second, car en réalité rien ne devient chair. La nouvelle personne succède à celle qui est morte en tant que détentrice du même "office". De même que le Président succède à son prédécesseur et hérite de son karma les problèmes qu'il n'a pas su résoudre, aussi bien que des aspects constructifs de l'organisme qu'il a développé. Le second a essentiellement un rapport avec le niveau de développement mental qu'a réalisé la personnalité
précédente.

Pour Rudhyar donc, lorsqu'une personne dit : "J'étais un tel ou un tel dans une vie antérieure", elle s'identifie au Karma du mort (ses échecs et affaires pendantes). Ce que l'on devrait au contraire chercher à faire, c'est essayer de comprendre, de s'identifier à son propre dharma actuel et de l'accomplir ce qui neutralisera automatiquement ce Karma, fera avancer dans le processus évolutif et permettra de s'accorder au principe d'Unité croissant qui cherche à unir la personne (le "tout" moindre) et la Qualité spirituelle (aspect du plus grand "tout", Anthropos ou Homme archétypique).